Votre ville d'intégration

AMI vous livre quelques informations sur l'immobilier.

Deux Israéliens sur trois sont propriétaires de leur logement, et poutant ces dernières années, 
de moins en moins d’Israéliens ont les moyens de devenir propriétaires, et la location s’étend.

En 2014, 67,3% des ménages israéliens étaient propriétaires de leur logement, alors que 27,4% d’entre eux habitaient en location.
L’enquête sociale que vient de publier l’Institut de la Statistique à Jérusalem permet de mesurer les répercussions de l’inflation des prix de l’immobilier sur le patrimoine immobilier des Israéliens.

Entre 1997 et 2014, la proportion des ménages qui habitaient en propriété a reculé de 70,2% à 67,3%. Malgré la tendance à la baisse, la propriété immobilière reste forte en Israël ; à titre de comparaison, 57,7 % des Français détiennent leur logement, soit une part plus faible qu’en Israël.

Certes, le phénomène de baisse de la propriété foncière épargne encore les catégories les plus aisées de la population israélienne. Entre 2003 et 2014, le taux des ménages qui étaient propriétaires de deux logements ou plus, a augmenté : en dix ans, il est passé de 3,2% à 9,1% des foyers.

En 2014, la valeur moyenne d’un logement en propriété était de 1.598.000 shekels (370.000 euros). Si 6 ménages sur 10 possèdent leur logement sans rien devoir remboursé, ils sont 40% des propriétaires à s’être endettés pour accéder à la propriété. Un ménage moyen paie chaque mois la somme de 3.330 shekels à sa banque pour rembourser son crédit hypothécaire (780 euros environ).

Entre 1997 et 2014, la proportion de ménages habitant en location est passée de 24,3% à 27,4%.

Voici un tableau indicatif du prix moyen de la location et de la vente d'appartements par ville.

A titre indicatif également, le tableau des droits à l'allocation logement.

viles















Ville d’intégration